• Atelier 102 Gigi

    Atelier 102 Gigi

     

    J e fuyait mon monde, qui sonnait

    comme un vieux concerto de Mozart.

    Ma tête était dans un requiem pour une folle.

    Fuite, vite une ouverture, ma sonate était laide,

    comme l'homme qui voulait me taper, me faire souffrir,

    une fugue en allegro, comme la fin d'un roman policier

    sans suite, sans lendemain, sans vie.

    Jouer serrer et fuir loin de ce fou qui m'aimait.

     

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 12 Août à 13:18

    tu as réussi à relever le défi bravo

    bisou bisous

    2
    Lundi 12 Août à 14:32

    Mille merci pour ce super texte car pas facile avec les mots que j'avais donné !

    Et je dois te faire mes félicitations pour ce beau décor de blog que tu as choisis Viviane !!!

    Je vais mieux oui, je reste assise sans douleur c'est déjà ça !! Merci

    Gros bisous Viviane......

    3
    Vendredi 16 Août à 00:32

    Alors là, bravo !!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :